top of page
Rechercher

Monsieur Mercier passe une visite médicale pour une embauche.

Je veux dire en préambule qu'une séance réussie se prépare, elle s'imagine dans une rêverie où toutes les idées sont exprimées, regardées, où les emotions sont observées pour aller chercher au plus proche de l'intime le jeu qui va venir éveiller et vivifier. Monsieur Mercier, ce fut son nom de jeu, a été particulièrement vrai dans sa démarche, osant me confier ce qu'il est délicat d'exprimer. Des pas vers lui, vers l'accueil de ce qui était sensible chez lui, qui m'ont permis de le rencontrer dans un moment d'intensité. Je vais retranscrire ici quelques échanges écrits que nous avons eu.


Monsieur Mercier Chère Eglantine,


Comme vous m'y incitez, je vais essayer d'exprimer mes pensées, désirs (et craintes ?) concernant notre future entrevue. Et j'ai peur d'écrire un roman...

Enfin, bonne lecture...


Effectivement, même si je vais essayer de structurer un petit peu mes écrits, mes "idées et images " étant fluctuantes, pas toujours très précises, et certainement parfois "trop" fantasmées, le risque du message brouillon (pêle-mêle) est réel.


De plus, conscient que ce que je vais écrire participera à la réussite (ou l'échec) de ce moment que j'espère magique, je vais rester le plus franc possible, espérant (en fait non, croyant fortement) que vous ne me jugerez pas.


Conscient surtout que tout ce que je vais écrire ne sont que des idées. De mon côté, même si je l'avoue j'y pense depuis longtemps, je reste un "novice" dans ces types de jeu, mes pensées surestiment peut-être mes capacités, mes désirs surestiment peut-être les effets obtenus, mes souhaits sont peut-être incompatibles avec les vôtres. C'est pourquoi je vous fais entièrement confiance pour faire le tri dans ces idées, de puisez (ou non) dedans, suivant vos propres expériences, ressentis et désirs


Bref :


Les images, ou flashs, qui me vienne à l'esprit : c'est plus une ambiance :


  • Je me vois entravé, attaché (je vous avais parlé de mes interrogations concernant le Shibari, j'en suis resté intrigué, curieux, et donc intéressé)

  • Je vous vois roder autour de moi, me surprendre en m'infligeant des "caresses" parfois douloureuses, parfois réconfortantes, parfois un mixte

  • Je me vois à vos pieds, attendant patiemment une demande de votre part, et vous obéir en essayant de ne pas vous décevoir

  • Je vous vois me récompenser par des étreintes, ou me punir par exemple à l'aide de vos mains fermes ou de vos jouets.

  • Je me vois assis, ou allongé, en silence, les yeux bandés dans l'attente

  • Je vous vois (enfin là, non, un bandeau sur les yeux ) vous approcher, en silence, me faire sentir votre présence par un souffle, une caresse ou un coup. Repartir, revenir...

  • Je me vois stressé, impatient, inquiet, intrigué en attendant votre prochain geste, surtout sans en connaitre la nature.

Informations plus "intimes" : (en vous faisant vraiment confiance sur l'absence de jugement).

J'ai bien compris et j'en suis conscient, et d'accord à 100 % : pas de rapports, de caresses de ma part.

Mais je pense, peut-être à tort, que l'ensemble de mon corps vous sera accessible, et qu'une partie de vos jeux vont "s'intéresser" aux, comment dire, zones sensibles.

Si c'est bien le cas, les informations données ci-après vous seront peut-être utiles :


  • Problème 1 : Pour me rassurer, je dis que c'est dû à l'âge... Mais que ce soit ça ou autre chose, (en restant légèrement imagé) ma virilité a de plus en plus de mal à "prendre forme"

  • Problème 2 : Mais, grand sujet de frustration, et depuis toujours, j'ai souvent tendance à... "terminer" trop vite.

  • Ce qui fait que lorsqu'on essaye de s'intéresser, même en douceur, à mon "attribut masculin" pour résoudre le problème 1, le problème 2 surgit. Bref, ça peut finir avant même de commencer. (Si vous vous en souvenez, ça m'est arrivé lors de notre dernier rendez-vous, version massage) Bien sûr, la "machine " repart, à son rythme, mais il y a toujours ce petit moment de honte qui me traverse l'esprit) (Il y a peut-être la solution de s'y intéresser "sans douceur", mais ça, je n'ai jamais essayé, et je ne sais pas si cela changera la "rapidité").

  • Par contre, je suis très sensible au niveau d'une zone généralement supposée plus érogène chez la femme, à savoir les tétons et ses aréoles. Je suis très réceptif aux traitements qui leurs sont infligés, que ceux soient des traitements doux, légers, tendres ou plus appuyés ou plus pinçants, plus mordant. Parfois, ces traitements peuvent atténuer, voire résoudre, le "problème 1". Il m'est même arrivé plusieurs fois que cela déclenche le "problème 2", et là, bizarrement, sans aucun sentiment de honte

  • Enfin, dernièrement, Sophie, ma masseuse attitrée, (qui m'a, il y a longtemps, adressé à vous et je la remercie pour ça) m'a fait découvrir par effleurement une "autre zone intime". J'y ai ressenti un sentiment de bien-être, de frissons et de honte... Bien sûr, la nouveauté du contexte de notre rencontre pourra soit améliorer, soit amplifier mes "problèmes" Je vous ai communiqué ces renseignements, encore une fois pensant qu'une partie de notre rendez-vous concernera ces aspects, mais bien sûr, je sais, et je souhaite, que la plus grande partie de notre rendez-vous sera plus accès sur l'ambiance et les pratiques décrites en début de ce message que sur cette partie plus intime. Enfin, pour être honnête, je pense souhaiter quand même une "fin heureuse". Encore que... Enfin si... Vous voyez, il me semble que plus j'écris, plus vous me "retournez la tête", plus je suis brouillon et peut-être, que je m'écarte trop du sujet, enfin de ce que vous attendiez de moi comme renseignements. Bon, je continue, peut-être ferai-je le tri en me relisant... Sur l'aspect "massage" ou "jeux" : Oui, à la lecture de votre site et de votre blog, je serai plus partant pour une séance de jeu pure. Je m'en explique : comme je vous l'ai déjà mentionné, novice, oui, intéressé depuis longtemps aussi. Donc, bien évidemment, et c'est d'ailleurs comme ça que je vous ai (re)trouvé : je consulte des sites accès sur le BDSM. Je vous passe les "dominatrices" très (trop pour moi) "hard" Je vous passe aussi les "dominatrices" dénigrant trop (en tous cas trop pour moi) les hommes, qui seraient des sous-m..., ... Votre site parle, lui, de jeux BDSM, en accord entre votre "sujet" et vous. En tous cas, je l'ai compris comme ça : on joue, même si c'est plus "vous jouez, je subis", on participe, on s'abandonne... Mais en fin de jeu, on redevient des êtres humains heureux (j'espère), voir fiers, mais égaux. Ce style décrit sur votre site, et le fait que je vous connaisse (très peu il est vrai, mais...) m'ont incité à passer la pas, donc à vous contacter, donc pour jouer. Et il serait plus facile pour moi d'entrer dans le rôle si le jeu commence dès le franchissement du seuil de votre porte. Jouer, oui, mais à quoi ? : Oui, mon précédent message vous incitait à choisir vous-même. Mais visiblement, vous voulez, en tous cas c'est ce que j'ai compris, que je donne mes idées. Alors : Le scénario en lui-même, à mon sens, a peu d'importance, c'est pour moi une manière d'arriver en sachant comment aborder cette rencontre. Sinon, je risque d'être penaud devant vous, sans savoir quoi dire ni quoi faire. Je pense que, pour ce jeu, je dois d'office être en position d'infériorité, alors voici mes idées, loin d'être exclusives, et bien sûr je reste ouvert aux vôtres.

  • Visite médicale d'embauche : après les multiples entretiens, il ne me reste plus que la vérification de mon aptitude au poste par le (enfin la) médecin du travail. Bien sûr, j'ai vraiment besoin de ce poste, d'autant plus qu'à mon âge (passé 55 ans), trouver un travail n'est pas facile.Et, par exemple suite à un geste d'auscultation surprenant, je vous fais une réflexion sur vos méthodes voir sur votre savoir-faire. Bien sûr vous me rappeler que mon avenir dépend de vous...

  • Dans la même lignée, rendez-vous chez un psychologue (toujours pour une embauche, par exemple) qui remarque lors de l'entretien que je suis misogyne, ou obsédé (ou les deux) (par exemple en jetant des regards trop profonds sur un décolleté plongeant)

  • Ou rendez-vous avec la DRH, qui me reçoit après un signalement d'une de mes collègues de gestes déplacés. Ou d'avoir introduit un virus dans le réseau de l'entreprise en consultant des sites pour adultes...

  • Je vous passe le rendez-vous voleur / policière, qui conviendrait aussi.

Bref, un jeu ou j'arrive chez vous avec déjà un sentiment d'infériorité, de dépendance. Sinon, il y a aussi ce scénario qui me vient à l'esprit, mais je préfère peut-être le garder pour une autre fois

  • Je viens pour un massage tantrique. Bien que ce soit bien prévu que ce soit un massage non réciproque, je m'autorise un geste déplacé, ou une demande sexuelle...Ce qui, bien évidemment, vous autorise à me donner "une leçon".

Je pense que vous voyez l'idée. J'aurai une préférence pour la version "médecin", uniquement car ce jeu autorise, sans sortir du contexte, de justifier de prendre une douche en début de jeu. (Douche qui est à mon avis nécessaire d'autant plus pour un RV un après-midi). ("Pour des notions d'hygiène, merci de prendre une douche avant la consultation. Après la douche, merci d'attendre dans le couloir l'appel de votre nom") (plus difficile pour le psy, le policier ou autre). Bien que la douche peut-être votre première exigence une fois votre emprise avérée). Enfin, je suis au regret de vous préciser que je suis un mauvais acteur. Ma prestation en sera peut-être affectée... Mais il faut bien débuter. Petite information "cadeau" sur le pourquoi de ma recherche : (Vous n'êtes pas ma psy (d'ailleurs je n'en ai pas), mais je préfère que vous me cerniez au mieux) Oui, pourquoi vouloir se sentir dominer par une charmante personne. (Oui, je me livre à vous, votre site inspire vraiment confiance) J'ai toujours été complexé dans mes relations avec les filles, puis les femmes. Par manque cruel de maturité au collège, puis au lycée (mon année d'avance n'ayant pas arrangée les choses sur ce point), puis par timidité, puis mar manque de courage peut-être, mes premières relations ont été assez (très ?) tardives. Puis celles-ci furent handicapées par mon fameux "problème 2". Bref, j'ai toujours été complexé vis-à-vis des femmes, ne me sentant que très rarement désiré. Et, c'était déjà vrai pour les massages, ce type de jeu, à mon humble avis" me permet d'être le centre d'intérêt d'une personne exceptionnelle (dans le jeu, et même peut-être un peu dans la vraie vie), et donc quelque part de me sentir désiré.

Et quoi de plus attirant que de se sentir désiré tout en découvrant un nouveau monde plein de surprises et de nouvelles sensations. Voilà, j'en ai terminé. Je ne suis plus du tout sûr que ce soit ce genre de texte que vous attendiez... Mais mon éventuelle incompréhension et/ou maladresse peut être, je l'espère, compensée par ma sincérité. En espérant que vous trouviez de quoi bâtir un jeu qui nous convienne, J'attends et j'espère avec impatience votre mail de réponse avant le jour fatidique, afin de me préparer à mon rôle, et de commencer à rêver. Espérant ne vous avoir en rien choqué, je vous souhaite un excellent week-end. Monsieur Mercier P.S. : je vous promets que je suis hyper-angoissé, le curseur de la souris bloqué sur l'icône "Envoyer". Si vous avez reçu ce message, c'est que j'ai finalement osé cliquer...


Eglantine

Cher Monsieur Mercier,

Tout d'abord merci beaucoup pour votre confiance et ce que vous me livrez.

Il est bien certain qu'il n'y a aucun jugement ici et que nous sommes en terre d'exploration, et pour cela la sincérité joue bien sûr en faveur: pouvoir être au plus juste dans ce qui va se jouer entre nous, que vous puissiez en garder quelque chose qui vous apporte.

La honte, la peur, l'angoisse sont des ressentis qui sont accueillis, ils peuvent être exprimés, relachés; aller à leur rencontre est courageux et c'est un cadeau que vous vous faites pour vivre plus de liberté.

Pour vos "problèmes" 1 et 2, ici ils n'en sont pas, car il n'y a aucun enjeu si ce n'est de vivre ce qui est.

J'ai bien lu tout ce que vous m'avez écrit, et j'en prendrai compte lors de notre rencontre.

Pour le scénario, c'est parfait! Vous venez passer une visite médicale pour un travail dont vous ignorez la nature, c'est classé secret. Un peu intrigant et à la fois effrayant... vous venez passer la visite sachant que vous avez besoin de travailler.

Cela vous va?

Bien à vous,

Eglantine


Monsieur Mercier

Bonjour Eglantine,


J'ai vraiment été soulagé à la réception de votre mail.


A peine le mien envoyé, j'ai été pris de doutes : ai-je été trop loin, trop imprécis, ou trop précis, trop décalé, ...


Alors merci vraiment pour votre message me confortant dans l'idée de vous faire confiance.


Pour notre scénario, c'est plus que parfait pour moi. Il est certain que mon esprit va tourner à fond d'ici mardi.

Je ne sais pas dans quel état je vais arrivé, et encore moins dans quel état je vais repartir... Je vous souhaite un très très bon dimanche,

Le mien s'annonce "révassant",


Avec tout mon respect,

Monsieur Mercier

Monsieur Mercier est arrivé pour une visite médicale avec le Dr Langloy, visite un peu particulière, discrétion et confidentialité de mise pour un poste d'agent secret. La visite médicale est également une formation et un test pour vérifier sa résistance, sa patience, son engagement à obéir, et son corps désirant et désirable toujours utile pour un tel poste.


Monsieur Mercier

Bonjour Eglantine,


Voilà une semaine de passée depuis, depuis quoi ? Depuis cette parenthèse dans ma vie.

Je vous avais dit que ce serait certainement plus facile d'exprimer mon ressenti par écrit une fois remis de mes émotions, plutôt que de vive voix juste après...

Et bien non, ce n'est pas si facile.

Ce que j'ai vécu, avec et grâce à vous, m'apparait encore comme indescriptible.

Je vais cependant essayer d'être le plus précis possible, vous vous ferez certainement une idée.


Tout d'abord, et là c'est plus facile, ce que je n'ai pas ressenti :

  • Je n'ai pas ressenti de peur, à aucun moment (à part une petite et légère anxiété en arrivant, mais qui a disparu dès vos premières paroles, le scénario se mettant en place).

  • Je n'ai pas ressenti de honte, à aucun moment, même si après coup je me suis rendu compte que mes "problèmes" 1 et 2 se sont tous les deux exprimés Mais la honte n'était pas au rendez-vous.

  • Je n'ai pas ressenti de malaise à jouer (il faut l'avouer, pas très bien) un rôle de composition

Ces sentiments, donc non ressentis, étaient pourtant très redoutés jusqu'à l'heure de notre rendez-vous. Et ils ont disparus dès les premières secondes. Par contre :

  • Un sentiment de soulagement quand je vous ai vu : votre sourire, vos expressions m'ont tout de suite mis en confiance, j'ai pu entrer dans le jeu de suite.

  • On ne se refait pas, votre uniforme ne m'a pas laissé indifférent , ce qui a participé au bien être qui m'a envahi.

  • Un sentiment de confiance, déjà exprimé à la lecture de votre site et de vos mails, mais confirmé après nos premiers échanges, m'ont permis de fermer temporairement la porte, laissant derrière moi ma vie "normale".

  • Un agréable sentiment de (je ne trouve pas le mot exact) "dépendance ?". Être aux ordres, obéir sans réfléchir, subir sans réagir, pour ressentir, juste ressentir.

  • Bizarrement, un sentiment agréable en découvrant le bien être procuré par le franchissement de certaines barrières érigés par la morale et l'éducation.

Enfin, c'est peut-être la meilleure définition de ce que je ressens : le sentiment aussi agréable que surprenant d'être autant acteur que spectateur de ce moment magique ; me regarder (même les yeux bandés ) faire, subir, exprimer... Sans me rendre vraiment compte que c'est moi. C'est quelqu'un d'autre qui vit ça, et c'est moi qui le ressens. Ou c'est moi qui le vis et quelqu'un d'autre qui le regarde avec bienveillance. Bref, ce doit être ça que vous appelez le "lâcher prise".

Je vous avais dit que la séance avait dépassé mes rêves : forcément, entre la prise de rendez-vous et la séance, j'avais pensé, imaginé ce que pouvait être notre rencontre, et même si j'avais en partie deviné certaines "scènes", je n'avais jamais, et de très loin, imaginé les émotions qui les accompagneraient.


Et j'espère pouvoir compter sur vous pour m'accompagner dans d'autres univers, bien sûr si vous le souhaitez, lorsque la "tension" sera retombée et que l'envie (le besoin ?) se fera sentir.


C'était une très belle découverte, et je vous remercie mille fois de m'y avoir accompagné.

Je vous souhaite de rencontrer des personnes qui vous apporteront autant que ce que vous m'avez transmis.

Vous le méritez vraiment.


Bonne journée,

Monsieur Mercier.












404 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout

1 commentaire


Très chère Eglantine,


Je suis le M. Mercier de ce texte.


Ayant un nouveau jeu de prévu avec vous la semaine prochaine, j’ai entrepris de reparcourir votre site, et j’ai donc relu, entre autres, ma propre histoire.


Même si nous nous sommes revus et entretenus depuis, que je vous ai remercié mille fois pour vos bienfaits, souvent virils, mais toujours respectueux, et pour tout ce que vous m’avez fait découvrir, y compris sur moi-même, à la relecture de cette première aventure, je me suis dit que je pourrai apporter des précisions pour d’éventuels futurs lecteurs / lectrices. A l’époque, j’avais pris la décision de vous contacter après avoir lu les histoires précédentes (principalement celle avec « J »), alors si…


J'aime
bottom of page