top of page
Rechercher

Tantra

Dernière mise à jour : 19 févr. 2023


Dans l’unité du bleu sombre sans limite du ciel, un œuf apparaît dans lequel

est Shiva/Shakti dans un seul corps, androgyne.

Tous les textes du tantra commencent avec Shiva/Shakti dans un seul

corps, en une seule connaissance.

Ils se réjouissent de leur non-différenciation, avec la possibilité d’être Shiva

ou Shakti.

Très doucement ils commencent à bouger, et ils se disent que ce serait une

merveilleuse expérience d’être distincts et d’être face à face.

Ils dansent ensemble, glissant sur la peau l’un de l’autre. Ils sont encore

dans l’unité, mais avec deux aspects. Cela produit le SPANDA, une vibration, un frémissement.

Cette vibration se déploie en sons. De là la musique émerge.

C’est la 1ere manifestation: la vibration, la musique.

Alors le plan apparaît dans l’espace et les animaux. Alors que Shiva/Shakti

vivent le délice de glisser l’un sur l’autre ils deviennent distincts.

La 1ere création vivante: les animaux.

Puis les planètes apparaissent.

Et Shakti a le désir de créer quelque chose de chaleureux qui illumine

l’espace. Elle projette son sang menstruel dans l’espace et crée le soleil.

Shiva a une éjaculation et il crée la lune.

Toujours pas d’êtres humains. Il semble que pour Shiva/Shakti c’était bien

comme ça.

Et des dieux et déesses apparurent, tous fascinés par la danse de

Shiva/Shakti.

Que les animaux apparaissent au premier plan est très important. Sur les

temples de la vallée de l’hindus, les sculptures qui datent de 4000, 5000,

6000 ans représentent toujours Shiva et Shakti avec des animaux, et des

plantes autour d’eux. Le message est très clair, à moins d’avoir une

communication profonde avec les plantes et les animaux vous n’aurez pas

de communication profonde avec d’autres êtres humains. Sans

communication avec l’univers, avec l’unité, vous aurez difficilement un lien

profond avec un autre être humain.

La sexualité est un lien mystique avec toute le création, avec l’unité.

Tout d’abord nous vivons une expérience extatique, de là la sexualité peut-

être magique.

Shiva/Shakti font l’amour dans l’espace, ils chantent, ils dansent, bougent

ensembles. Ils dansent debout très proches l’un de l’autre, et de là il

inventent la sexualité et le yoga en même temps. (cela se retrouve dans les

Agamas: corpus de textes de l’hindouisme en sanscrit)


Je tiens le début de ce mythe de la création de Daniel Odier, qui le tien de Lalita, la tantrika qui l’a initié.

La Création, le monde manifesté que nous vivons peut l’être parce qu’il y a séparation, distinction, opposition. Nous souffrons la plupart du temps de cette séparation, de l’étrangeté que représente l’autre, de ne pas se sentir avec, inclus, de se sentir rejeté, abandonné, trahi, humilié, victime d’injustice (les 5 blessures de Lise Bourbeau). Le tantra est une voix directe vers la Source de l’Unité, tradition qui a pour centre la non dualité. Les textes de tantra sont difficiles a aborder car ils expriment l’Être, le Sans-forme, ce qui est très loin de nos perceptions et conceptions.


Pourtant il est une façon d’entendre nos émotions, nos sensations qui permettent de se mettre dans le flot de vie ininterrompu, dans l’abondance de joie et d’amour. Toute expérience est merveilleuse car toute expérience est d’amour qui sent l’autre, qui s’expérimente à se sentir. Cela est vrai à un niveau dont nous n’avons pas conscience, parce que la souffrance est ressentie bien réellement. Il y a toutefois un chemin qu’explique très bien Carolyn Elliott dans Existential Kink, qui consiste à écouter les sensations, à regarder quelles sont les plaisirs inconscients que nous en retirons. Peu à peu, les voies inconscientes que nous prenons, les histoires que nous nous racontons deviennent plus conscientes, plus audibles. Comment faisons nous pour nous aimer malgré nous, alors qu’en vrai là maintenant peut être que je ressens que je ne m’aime vraiment pas!

Au lieu de rejeter ce qui est ressenti, pouvoir l’accueillir, c’est déjà quelque chose d’immense, un retournement!

La méditation Vipassana à laquelle j’ai été initiée très jeune apprend à ne pas rejeter, à ne pas vouloir, à être dans une équanimité.

Avec Carolyn Elliott, ça prend une dimension plus prégnante à mes yeux. Le non rejet n’est pas simplement froid, distant, neutre. L’accueil est chaleur d’amour, sans jugement aucun. Katie Byron qui a vécu une expérience d’éveil très forte, dit que tout est à égale valeur, c’est peut être dur à entendre, et j’ai passé des années à distinguer, séparer, pour savoir bien à quoi j’ai à faire, pour ne pas confondre et être dans l’intrication d’éléments qui empêche la respiration. Et, oui, à un certain niveau de regard tout a même valeur. Le tantra offre l’alliance de la forme et de la non forme. La distinction a valeur tout autant que la non distinction. La pureté se marie au mélange de la dualité, multiplicité terrestre.


Cordovero qui est un grand Kabaliste, parle lui aussi de la relation à l’animal, aux animaux créés avant nous, et si ils ont cette primauté, cela signifie que pour retourner à notre origine, à l’amour, il nous faut intégrer ces animaux, retrouver le chemin de la Création en nous. L’Ange et l’Animal doivent se rencontrer pour retrouver l’union. Un chemin de simplicité, où tout s’accueille. Y compris le non accueil.

Un grand OUI, et dire non peut être dire OUI à la Vie, à la bienveillance. Ce qui est bon véritablement pour moi, l’est pour toi aussi. Nous sommes miroirs, émanations, formes d’une seule Source. Je suis toi, tu es moi, il n’y a pas de je, pas de tu.


La simplicité est cette voie directe à notre joie.


195 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page